Qui est Charles Ansar (1885-1960)

Ingénieur civil diplômé en mécanique, Charles Ansar est  enthousiasmé par les nouvelles technologies, fruits de la révolution industrielle. Lui-même, il dépose un brevet en 1924 pour l’invention d’un train d’engrenages remplaçant l’ancien système de changement de marche des moteurs à vapeur ou à air comprimé. Ce principe permet de passer de la marche avant à la marche arrière avec un simple levier tout en laissant la distribution indépendante.

En ce début du XXe siècle où la photographie était encore un luxe, il acquiert très jeune un appareil photo et s’essaye à ce nouvel art. Il réalise notamment de très nombreux clichés en stéréoscopie, donnant un effet d’images en relief, et suivra l’évolution de la photographie passant des négatifs sur plaques de verre aux films souples. Son fonds photographique est un témoin de sa vie familiale bien sûr, mais aussi de grands événements du siècle tels la Première Guerre mondiale ou l’Exposition coloniale de 1931. Ses prises de vue sont révélatrices de son goût pour les arts et l’architecture. Il photographie insatiablement sa région natale, le Nord, et la Belgique si proche. Il ne se sépare jamais de son appareil photo, nous offrant ainsi des séries de clichés de ses voyages en France.

Qui est Charles Ansar
Autoportrait de Charles Ansar dans son bureau sur le front à Revigny (Meuse) le 30 avril 1917
Crédits : Association PROFONDHIS – Patrick Ansar – Photographie de Charles Ansar

Tout au long de sa vie, il a ainsi amassé des centaines de négatifs, principalement sur plaques de verre, qui se sont transmis de génération en génération. Aujourd’hui, son arrière-petite-fille Marie Ansar-Peineau a choisi de les conserver, de les numériser et de les valoriser par le biais de la bibliothèque Patrick Ansar pour en faire profiter un très large public.

Qui est Patrick Ansar (1952-2015)

Patrick Ansar est avant tout un passionné d’histoire et d’histoire de l’art. Cette passion remonte à sa jeunesse l’amenant à suivre des cours d’histoire de l’art à l’université de Lille III. Résidant alors dans l’Oise, il découvre l’église Sainte-Marie-Madeleine de Maignelay, chef-d’œuvre de l’architecture gothique flamboyante et surtout, ce sont ses commanditaires qui l’intriguent : la famille d’Halluin, seigneurs de Maignelay, qui lui rappelle ses origines nordiques (Halluin est en effet une ville frontalière du Nord). Patrick étudie alors l’église de Maignelay dans le cadre de son mémoire de maîtrise puis choisit d’approfondir le sujet du mécénat aristocratique en Picardie à la fin du Moyen Âge en vue d’un diplôme d’études approfondies (DEA).  En 2013, près de 40 ans après sa maîtrise, son étude sur l’église et la chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Maignelay est publiée chez L’Harmattan grâce à l’action de la Société historique de Maignelay-Montigny.

En 1978, il est le premier archiviste de la ville de Marcq-en-Baroeul, puis il y devient directeur des affaires culturelles en continuant sans cesse de développer ses compétences, notamment par l’obtention d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en direction de projets culturels. Pendant 36 ans, il a compulsé, étudié et écrit l’histoire de Marcq-en-Baroeul. Natif de Quesnoy-sur-Deûle, il y mène ce même travail d’historien tout en s’investissant dans la vie locale en tant que conseiller municipal.

Grand amoureux du patrimoine et avant tout des œuvres cultuelles, il s’est lancé pendant 40 ans dans une étude très originale sur l’histoire commune de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais, régions devenues les Hauts-de-France en 2016. En tant que conservateur délégué des Antiquités et Objets d’art du Nord, il participe à la protection et la connaissance des objets mobiliers. De 2000 à 2014, il est président de l’ARARCO, association régionale qui a pour mission l’aide à la restauration des chapelles et oratoires, « petit patrimoine » qu’il affectionne tout particulièrement.


Principaux ouvrages écrits par Patrick Ansar :

Patrick Ansar, Le gothique flamboyant en Picardie. L’église et la chapelle Sainte-Marie-Madeleine de Maignelay – Oise, Paris : Éditions L’Harmattan, 2013.

Patrick Ansar, Guy-Michel Fumière, L’église Saint-Michel et le patrimoine religieux de Quesnoy-sur-Deûle, 2012.

Patrick Ansar, Mémoire en Images. Quesnoy-sur-Deûle, Saint-Cyr-sur-Loire : Édition Alan Sutton, 2010.

Patrick Ansar, notices des villes de Marcq-en-Baroeul et Quesnoy-sur-Deûle dans Le patrimoine des communes du Nord, Paris : Éditions Flohic, 2001.

Patrick Ansar, Marcq-en-Baroeul. Rues d’hier et d’aujourd’hui, 1991.

Patrick Ansar, Paul Delsalle, Catherine Dherent, André Gamblin, Nelly Girard d’Albissin, Histoire de Marcq-en-Baroeul, Dunkerque : Les éditions du Beffroi, 1983.

Patrick Ansar, « Notice sur les châteaux de la Somme », dans Jacques Thiébaut, Dictionnaire des châteaux de France, Artois, Flandre, Hainaut, Picardie, Paris : Berger Levrault, 1978.

Et beaucoup d’autres articles dans un cadre professionnel sur l’histoire de Marcq-en-Baroeul et dans un cadre associatif (Les Amis de Quesnoy, l’ARARCO…).