FOCUS en images : la restauration d’une ancienne grange du Pays de Bray

Mis en avant

2020 a vu le lancement (sur site) des travaux de réhabilitation d’une ancienne grange du Pays de Bray en une bibliothèque des patrimoines : la Bibliothèque Patrick Ansar.

Il s’agit d’une première phase de travaux, le gros œuvre, qui a consisté à la remise en état de la structure charpentée du bâti, suivie de la repose de la couverture de tuiles plates locales.

Ces travaux ont permis de reconstituer l’histoire de cette ancienne grange du XVIIe-XVIIIe siècle, qui sera publiée prochainement sur ce site internet.

Un petit aperçu des travaux vous est présenté sur la vidéo ci-dessous.

Rétrospective en images de six mois de travaux pour réparer la structure d’une ancienne grange du Pays de Bray
Crédit : Association PROFONDHIS – Patrick Ansar – Montage par Marie Ansar-Peineau

Les travaux ont été menés par la SARL Guillard frères (Bailleul-sur-Thérain) et la Menuiserie de Chantoiseau (Beaumont-les-Nonains) sous la maîtrise d’ouvrage de l’association PROFONDHIS – Patrick Ansar.

Les fortifications de Lille – abords de la porte Saint-André

Mis en avant

Ces deux photographies du fonds Charles Ansar ont été prises en août 1925. Dans son inventaire, Charles Ansar les a légendées « Lille – Fortifications près de la porte Saint-André ».

« Lille – Fortifications près de la porte Saint-André » en août 1925
Crédits : Association PROFONDHIS – Patrick Ansar – Photographie de Charles Ansar
« Lille – Fortifications près de la porte Saint-André » en août 1925
Crédits : Association PROFONDHIS – Patrick Ansar – Photographie de Charles Ansar

Le temps du confinement en ce printemps 2020 a été l’occasion de missionner des membres de l’association PROFONDHIS pour situer le lieu de prise de vue de ces deux photographies dans l’actuelle ville de Lille. Comme l’indique la carte, ces photos ont été prises au niveau de l’actuelle avenue Winston Churchill, au nord de Lille. On retrouve le souvenir des remparts dans le nom des rues, dont celle du bastion Saint-André.

Localisation dans la ville actuelle du lieu de prise de vue des photographies de Charles Ansar
Crédit du fond de carte : géoportail

Cette partie nord des fortifications datait du XVIIe siècle. Après la conquête de Lille par l’armée française de Louis XIV, la première préoccupation du roi était la défense de la ville, c’est pourquoi il a ordonné l’édification d’une puissante citadelle. Commencée en décembre 1667, elle est la première grande œuvre de l’ingénieur Vauban. Elle est édifiée à l’écart de la vieille cité et la nouvelle enceinte construite dans son prolongement agrandit considérablement la superficie de la ville dans sa partie septentrionale. Un nouveau quartier voit le jour le long de deux axes longitudinaux qui relient l’ancienne cité au secteur nord des remparts : la rue Royale et la rue Saint-Pierre (actuelle rue Saint-André).La modification du tracé de l’enceinte a entraîné la démolition de la vieille porte Saint-Pierre (qui était à l’intersection des rues Saint-André et du Pont-Neuf) et l’édification, à l’extrémité de la rue Royale, de la porte Saint-André, ouverte à la circulation en 1672. Celle-ci, selon les époques, est désignée par différents noms : la porte Royale, puis porte Saint-André. À la Révolution, elle prend le nom de porte des Céréales en 1793, puis porte Napoléon et enfin porte d’Ypres. Au tournant des XIXe – XXe siècles, elle porte indifféremment les noms Saint-André ou d’Ypres. 

Emplacement des anciennes portes Saint-André et Saint-Pierre et des rues Royale et Saint-André
Crédit du fond de carte : géoportail

Sur les deux photographies de Charles Ansar, la porte Saint-André n’est pas visible car elles ont été prises à environ 500 mètres à l’est de cette entrée de ville. Les fossés en eaux existent toujours alimentés par les eaux de la Deûle. La grande majorité des fortifications a été démantelée entre les deux guerres mondiales. Ainsi ces photographies sont un témoin des dernières heures des remparts. En effet en 1899, le ministre de la guerre Freycinet propose de déclasser les fortifications de Lille dont l’efficacité est remise en cause, notamment suite à l’expansion de la ville hors les murs avec le rattachement des secteurs de Fives et de Saint-Maurice. Ce projet ne fait cependant pas l’unanimité et il faut attendre le 1er août 1914 pour que le déclassement de la place forte soit accepté. Les travaux de démantèlement ne commencent qu’après la Première Guerre mondiale et la porte Saint-André est détruite en avril 1935.

Charles Ansar a choisi un cadrage valorisant trois édifices qui existent toujours. Ils sont d’ailleurs protégés au titre des Monuments historiques :

L’usine élévatoire de Saint-André : Construit en 1876 (date toujours présente sur la façade), cet établissement avait pour fonction de pomper une partie des eaux de la Deûle pour soutenir le débit du canal de Roubaix, construit de 1823 à 1877.

Comparaison entre la photographie de Charles Ansar en 1925 et une vue actuelle de Google Map pour situer l’usine élévatoire de Saint-André

L’hôpital général de Lille : Créé en 1738 sur autorisation de Louis XV, cette institution avait pour mission de rassembler « les pauvres invalides, enfants abandonnés, insensés et généralement tous les pauvres de l’un et l’autre sexe, comme aussi des mendiants ». Au XVIIIe siècle, Lille, comme de nombreuses villes de France, connaît plusieurs crises dont des épidémies (suette, fièvres typhoïdes, dysenteries…) ayant de lourdes conséquences sur la paupérisation de la population. Cette époque est également marquée par une évolution des mentalités et l’opinion publique considère alors que le soin des pauvres relève avant tout des autorités et non du devoir de chaque chrétien. C’est dans ce contexte que les hôpitaux généraux voient le jour à partir du règne de Louis XIV.

L’hôpital de Lille est construit de 1739 à 1780 puis agrandi au XIXe siècle. Ses plans ont été réalisés par l’architecte parisien, membre de l’Académie : Pierre Vigné de Vigny. La construction projetée est considérable : une façade longue de 140 mètres, de vastes bâtiments organisés autour de six cours permettant de répartir chaque catégories d’indigents avec, au centre, une chapelle. 80 ans après la conquête française, cette architecture met en évidence la nouvelle influence du style français dans la ville flamande. Cet édifice classique grandiose se reflétait originellement dans les eaux de la Deûle dont le cours correspond aujourd’hui au tracé du boulevard du Peuple Belge.

Après la Révolution, l’institution garde sa fonction hospitalière avant de se limiter à l’accueil des personnes âgées au début du XXe siècle. Aujourd’hui, l’édifice abrite l’Institut d’administration des entreprises (I.A.E. de Lille).

Comparaison entre la photographie de Charles Ansar en 1925 et une vue actuelle de Google Map pour situer l’ancien hospice de Lille, actuel I.A.E.

Le beffroi de la chambre de commerce : Haut de 76 m, il est véritablement l’emblème de Lille, le symbole de la puissance marchande et industrielle de la ville au début du XXe siècle. Le photographe Charles Ansar l’a volontairement placé au centre du cadrage, perceptive aujourd’hui disparue depuis la construction du palais de justice (par Willerval et Spender de 1958 à 1968).

La nouvelle bourse du commerce, de style régionaliste, a été construite de 1906 à 1913 sur les plans de Louis-Marie Cordonnier. Lauréat des concours internationaux de la Bourse d’Amsterdam en 1884 et du palais de la Paix à La Haye en 1905, cet architecte né à Haubourdin (Nord) s’inspire du patrimoine architectural des régions du Nord qu’il adapte aux nouvelles techniques dont celles du béton armé. Il est également lauréat du concours organisé par la ville de Lille en 1907 pour le nouvel opéra pour lequel il adopte un style néo-classique en totale opposition avec la nouvelle bourse, pourtant implanté en vis-à-vis, dans ce quartier en pleine mutation à l’aube du XXe siècle, nouvelle entrée du cœur de  ville avec l’ouverture en 1909 du grand boulevard qui relie Lille à Roubaix et Tourcoing.


Cet article a été rédigé grâce aux ressources de la Bibliothèque Patrick Ansar :

  • BERNARD Daniel, BOUSSEMART Carole, DREMIÈRE Laurent, GÉRARD Alain, GUIGNET Philippe, MAILLOT Henri, MONNET Catherine, Lille au fil de l’eau, Lille : La Voix du Nord, Société des eaux du Nord, 2001.
  • CANIOT Jean, Les portes de Lille (1621-2004), Bondues, 2004.
  • CANIOT Jean, Les rivières de Lille. La Deûle et le Becquerel, Bondues, 2005.
  • LOTTIN Alain, Lille, d’Isla à Lille-Métropole, Lille : La Voix du Nord, 2003.
  • TRENARD Louis (sous la direction de), Histoire de Lille. De Charles Quint à la conquête française (1500-1715), Toulouse : Édouard Privat éditeur, 1981.
  • TRENARD Louis (sous la direction de), Histoire de Lille. L’ère des révolutions (1715-1851), Toulouse : Éditions Privat, 1991.
  • TRENARD Louis et HILAIRE Yves-Marie (sous la direction de), Histoire de Lille. Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle, Librairie Académique Perrin, 1999.

Nous remercions très chaleureusement Céline et Fred pour avoir amorcé l’identification de ces deux photographies en situant ces anciennes perspectives dans la ville de Lille actuelle.