Histoire d’une famille des Hauts-de-France durant la Seconde Guerre mondiale à travers le fonds photographique ANSAR

Charles Ansar nous a transmis peu de photographies prises durant la Seconde Guerre mondiale à la différence des très nombreux clichés qu’il nous a laissés du premier conflit mondial sur lequel il était mobilisé.

Face à l’offensive allemande, Charles quitte sa résidence de Quesnoy-sur-Deûle (Nord) accompagné de sa fille et de sa mère après le 18 mai 1940 (date à laquelle il règle une dernière facture) et comme la majorité des Quesnoysiens qui évacue la ville le 20 mai1. Son objectif est de se réfugier chez son frère installé à La Voulte-sur-Rhône (Ardèche). Il fait le trajet avec son automobile (une Pontiac Touring Sedan) mais son itinéraire ne nous est pas parvenu. Il est cependant rendu difficile par la bataille qui fait rage et reste bloqué par la destruction des ponts sur sa route. Sa mère traversera la première en bac, le temps qu’il trouve le moyen de passer avec sa voiture.

Arrivé à La Voulte (située en zone libre à partir de l’armistice de 22 juin 1940), il s’installe à l’hôtel du Musée et passera de longs mois en Ardèche où il réalise les quelques photos retrouvées dans le fonds Charles Ansar de l’association Profondhis.

Hôtel du Musée et restaurant Blanchot à La Voulte-sur-Rhône – Carte postale non datée et signée “Ajax” – Archives familiales Ansar

Sur ses photos, on retrouve son goût pour le patrimoine et la fascination de l’ingénieur qu’il est pour les ouvrages issus de la révolution industrielle :

  • Le château de La Voulte-sur-Rhône (construit entre le XIIIe et la première moitié du XVIIe siècle) en 1940, avant sa destruction le 20 août 1944 par les soldats allemands en repli.
  • Les vestiges du pont suspendu construit entre 1889 et 1891 pour traverser le Rhône. Il est détruit par le génie français en juin 1940 pour ralentir l’avancée allemande.
Vestige du pont suspendu avec en arrière-plan la vieille ville et le château de La Voulte (avant sa destruction) – 13 novembre 1940 – Photographie de Charles Ansar
  • Le viaduc ferroviaire en fonte construit au début des années 1860 et détruit en août 1944 par l’aviation alliée.
Le pont de chemin de fer avec en arrière-plan la vieille ville de La Voulte – 13 novembre 1940 – Photographie de Charles Ansar

Il reste plus d’un an à La Voulte et ne rentre à Quesnoy-sur-Deûle qu’à l’automne 1941 (vers septembre-octobre d’après les archives familiales conservées). Une fois la guerre terminée il retourne à La Voulte en 1945 où il photographie les mêmes lieux qu’en 1940 après les bombardements alliés. Des recherches à venir dans les archives municipales de Quesnoy nous informeront peut-être davantage sur ses déplacements durant cette période.

Très récemment, les fonds photographiques de l’association ont aussi révélé de très rares clichés provenant de Raymond Ansar (1920-2004, fils de Charles, père de Patrick Ansar) durant cette même guerre. Quand sa famille part pour l’exode, il est sur le front au sein du 181e régiment d’artillerie lourde à tracter et participe aux opérations de la VIIe armée. Après la débâcle de l’armée française, il retrouve son père et sa sœur en Ardèche. C’est sûrement lui qui pose sur la photo du pont de chemin de fer à La Voulte.

Archives familiales Ansar

Ses premières photos, probablement prises entre la fin 1940 et début 1942, illustrent d’abord des mois d’insouciance où il effectue un road trip à bicyclette en zone libre, sur les routes du sud de la France.

Raymond Ansar et sa bicyclette – Entre fin 1940 et début 1942 – Auteur inconnu

À partir de 1942, la guerre le rattrape. Âgé de 22 ans et formé en école d’agriculture, il se réfugie dans une ferme de la Somme et s’installe comme agriculteur pour éviter de partir travailler en Allemagne, la main d’œuvre agricole ne pouvant pas être réquisitionnée. Il passe environ deux ans (jusqu’à la fin de l’été 1944) dans une commune de 100 habitants près de Montdidier : Bouillancourt-la-Bataille. Il nous laisse des clichés de ce petit village fraîchement reconstruit après la Première Guerre mondiale.

L’identification très récente du village nous a permis de nous rendre sur place en mai 2021 et grâce au concours de Madame Michèle Mongin, une habitante passionnée d’histoire, nous avons pu retrouver les lieux pris en photos mais aussi d’échanger avec des témoins de cette époque (80 ans après) !

Maison où logeait Raymond Ansar, 4 rue Saint-Sauveur à Bouillancourt-la-Bataille – Février 1944 – Photographie prise probablement par Raymond Ansar / Mai 2021 – Photographie de Marie Ansar-Peineau
Ferme où travaillait Raymond Ansar (à gauche sur la photo), 4 rue Saint-Sauveur à Bouillancourt-la-Bataille – 1942-1944 – Auteur inconnu/ Mai 2021 – Photographie de Marie Ansar-Peineau

Ces photos n’illustrent pas les grands faits de la guerre mais témoignent de la vie quotidienne d’un village de la Somme, des travaux agricoles en pleine mutation dans les années 1940, où cohabitent les animaux de trait et les tous premiers tracteurs, mais aussi les loisirs de l’époque avec des canoës improvisés dans des nourrices d’avions (réservoir complémentaire) tombées dans les environs. La région, par sa proximité avec l’Angleterre, était en effet couramment survolée et bombardée comme en témoignent les rares courriers conservés, écrit par Raymond2.

Moisson – été 1942 – Auteur inconnu

Tracteur Renault – Juin 1944 – Photographie prise probablement par Raymond Ansar
Séance de labour – Raymond Ansar à la charrue – Auteur inconnu
Canoës « bricolés » dans des nourrices d’avion – Août 1944 – Auteur inconnu

1 LEFEBVRE, Roger, Quesnoy-sur-Deûle dans la Deuxième Guerre mondiale 1938-1947, Quesnoy et son histoire, 2019.

2 Sur un courrier du 12 février 1944 adressé à son père et sa sœur, Raymond mentionne avoir entendu un bombardement à Tergnier (Aisne) et avoir vu les forteresses passer au-dessus de Bouillancourt distribuant des tracts communiquant sur le front italien. L’une des forteresses serait tombée près de Breteuil.


Cette histoire de famille a pu être reconstituée grâce à la consultation des archives conservées par la famille Ansar (courriers, factures, photographies…) complétée de l’interview de témoins de cette époque : Christiane Ansar et Yvette Tupet. Je souhaite compléter cette étude par la consultation des archives de Quesnoy-sur-Deûle, notamment pour confirmer les déplacements de Charles et Raymond Ansar, mais le contexte sanitaire actuel ne l’a pas encore permis.

Je tiens à remercier sincèrement toutes les personnes qui m’ont aidé dans cette enquête : en premier lieu mon père et mon grand-père, Patrick et Raymond Ansar, qui ont toujours tout conservé et qui m’ont transmis un véritable trésor ; Sandrine Platerier et Anne-Marie Caron qui m’ont permis d’établir un contact sur la commune de Bouillancourt-la-Bataille, et de rencontrer Michèle Mongin à qui je transmets toute ma gratitude. Madame Mongin a partagé avec moi, et avec passion, l’histoire de son village et m’a offert l’un des moments les plus émouvants de ma vie : rencontrer la doyenne de Bouillancourt, Madame Tupet.

Marie Ansar-Peineau


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.