Histoire d’une famille des Hauts-de-France durant la Seconde Guerre mondiale à travers le fonds photographique ANSAR

Charles Ansar nous a transmis peu de photographies prises durant la Seconde Guerre mondiale à la différence des très nombreux clichés qu’il nous a laissés du premier conflit mondial sur lequel il était mobilisé.

Face à l’offensive allemande, Charles quitte sa résidence de Quesnoy-sur-Deûle (Nord) accompagné de sa fille et de sa mère après le 18 mai 1940 (date à laquelle il règle une dernière facture) et comme la majorité des Quesnoysiens qui évacue la ville le 20 mai1. Son objectif est de se réfugier chez son frère installé à La Voulte-sur-Rhône (Ardèche). Il fait le trajet avec son automobile (une Pontiac Touring Sedan) mais son itinéraire ne nous est pas parvenu. Il est cependant rendu difficile par la bataille qui fait rage et reste bloqué par la destruction des ponts sur sa route. Sa mère traversera la première en bac, le temps qu’il trouve le moyen de passer avec sa voiture.

Arrivé à La Voulte (située en zone libre à partir de l’armistice de 22 juin 1940), il s’installe à l’hôtel du Musée et passera de longs mois en Ardèche où il réalise les quelques photos retrouvées dans le fonds Charles Ansar de l’association Profondhis.

Hôtel du Musée et restaurant Blanchot à La Voulte-sur-Rhône – Carte postale non datée et signée “Ajax” – Archives familiales Ansar

Sur ces photos, on retrouve son goût pour le patrimoine et la fascination de l’ingénieur qu’il est pour les ouvrages issus de la révolution industrielle :

  • Le château de La Voulte-sur-Rhône (construit entre le XIIIe et la première moitié du XVIIe siècle) en 1940, avant sa destruction le 20 août 1944 par les soldats allemands en repli.
  • Les vestiges du pont suspendu construit entre 1889 et 1891 pour traverser le Rhône. Il est détruit par le génie français en juin 1940 pour ralentir l’avancée allemande.
Vestige du pont suspendu avec en arrière-plan la vieille ville et le château de La Voulte (avant sa destruction) – 13 novembre 1940 – Photographie de Charles Ansar
  • Le viaduc ferroviaire en fonte construit au début des années 1860 et détruit en août 1944 par l’aviation alliée.
Le pont de chemin de fer avec en arrière-plan la vieille ville de La Voulte – 13 novembre 1940 – Photographie de Charles Ansar

Il reste plus d’un an sur La Voulte et ne rentre sur Quesnoy-sur-Deûle qu’à l’automne 1941 (vers septembre-octobre d’après les archives familiales conservées). Une fois la guerre terminée il retourne à La Voulte en 1945 où il photographie les mêmes lieux qu’en 1940 après les bombardements alliés. Des recherches à venir dans les archives municipales de Quesnoy nous informeront peut-être davantage sur ses déplacements durant cette période.

Très récemment, les fonds photographiques de l’association ont aussi révélé de très rares clichés provenant de Raymond Ansar (1920-2004, fils de Charles, père de Patrick Ansar) durant cette même guerre. Quand sa famille part pour l’exode, il est sur le front au sein du 181e régiment d’artillerie lourde à tracter et participe aux opérations de la VIIe armée. Après la débâcle de l’armée française, il retrouve son père et sa sœur en Ardèche. C’est sûrement lui qui pose sur la photo du pont de chemin de fer de La Voulte.

Archives familiales Ansar

Ses premières photos, probablement prises entre la fin 1940 et début 1942, illustrent d’abord des mois d’insouciance où il effectue un road trip à bicyclette en zone libre, sur les routes du sud de la France.

Raymond Ansar et sa bicyclette – Entre fin 1940 et début 1942 – Auteur inconnu

À partir de 1942, la guerre le rattrape. Âgé de 22 ans et formé en école d’agriculture, il se réfugie dans une ferme de la Somme et s’installe comme agriculteur pour éviter de partir travailler en Allemagne, la main d’œuvre agricole ne pouvant pas être réquisitionnée. Il passe environ deux ans (jusqu’à la fin de l’été 1944) dans une commune de 100 habitants près de Montdidier : Bouillancourt-la-Bataille. Il nous laisse des clichés de ce petit village fraîchement reconstruit après la Première Guerre mondiale.

L’identification très récente du village sur ces photos nous a permis de nous rendre sur place en mai 2021 et grâce au concours de Madame Michèle Mongin, une habitante passionnée d’histoire, nous avons pu retrouver les lieux pris en photos mais aussi d’échanger avec des témoins de cette époque (80 ans après) !

Maison où logeait Raymond Ansar, 4 rue Saint-Sauveur à Bouillancourt-la-Bataille – Février 1944 – Photographie prise probablement par Raymond Ansar / Mai 2021 – Photographie de Marie Ansar-Peineau
Ferme où travaillait Raymond Ansar (à gauche sur la photo), 4 rue Saint-Sauveur à Bouillancourt-la-Bataille – 1942-1944 – Auteur inconnu/ Mai 2021 – Photographie de Marie Ansar-Peineau

Ces photos n’illustrent pas les grands faits de la guerre mais témoignent de la vie quotidienne d’un village de la Somme, des travaux agricoles en pleine mutation dans les années 1940, où cohabitent les animaux de trait et les tous premiers tracteurs, mais aussi les loisirs de l’époque avec des canoës improvisés dans des nourrices d’avions (réservoir complémentaire) tombées dans les environs. La région, par sa proximité avec l’Angleterre, était en effet couramment survolée et bombardée comme en témoignent les rares courriers conservés écrit par Raymond2.

Moisson – été 1942 – Auteur inconnu

Tracteur Renault – Juin 1944 – Photographie prise probablement par Raymond Ansar
Séance de labour – Raymond Ansar à la charrue – Auteur inconnu
Canoës « bricolés » dans des nourrices d’avion – Août 1944 – Auteur inconnu

1 LEFEBVRE, Roger, Quesnoy-sur-Deûle dans la Deuxième Guerre mondiale 1938-1947, Quesnoy et son histoire, 2019.

2 Sur un courrier du 12 février 1944 à son père et sa sœur, Raymond mentionne avoir entendu un bombardement à Tergnier (Aisne) avec le passage des forteresses au-dessus de Bouillancourt qui ont distribué des tracts sur le front d’Italie. L’une des forteresses serait tombée près de Breteuil.

La restauration d’une ancienne grange du Pays de Bray : 2e année de travaux

Mis en avant

En 2021, la grange s’est métamorphosée. À partir de l’ossature en pans de bois qui a été réparée en 2020, les murs de la grange ont été entièrement remontés en torchis, chanvrargile et sur la façade extérieure : deux couches d’un enduit de chaux/sable/lin. Quand celui-ci sera bien sec, une troisième couche sera posée en 2022.

L’aménagement intérieur a également débuté avec la création de la trémie de l’escalier (ouverture au sol entre deux étages) de la future salle de lecture et l’isolation de la toiture avec du biofibre. L’isolant a ensuite été recouvert de fermacell (une alternative qualitative au placoplâtre).

Il ne manque plus que la pose des fenêtres et de la verrière d’entrée pour que la restauration du bâti soit achevée et bien sûr, finir l’aménagement intérieur pour accueillir les livres de la bibliothèque. La suite en 2022 !

Sous la maîtrise d’ouvrage de l’association PROFONDHIS – Patrick Ansar, les travaux ont été menés par la SARL Guillard frères (Bailleul-sur-Thérain– 18 km de Troussures),  la Menuiserie de Chantoiseau (Beaumont-les-Nonains  – 6 km de Troussures) et  par Stéphane Dumoulin Electricité générale (Wambez – 18 km de Troussures) avec les matériaux fournis par la Briqueterie Dewulf (Allonne – 10 km de Troussures).

Petit rappel de l’état d’avancée des travaux en deux photos :

Focus sur les principales étapes de l’année 2021 :

En janvier 2021, la Menuiserie de Chantoiseau est intervenue pour créer la structure de la trémie  qui permettra ensuite d’installer l’escalier pour accéder à la salle de lecture.

En avril, la SARL Guillard frères a fabriqué le sol de la future salle de stockage de bibliothèque. Un hérisson (un lit de pierres qui permet de drainer le sol) a été posé puis une dalle en béton romain a été coulée. Le béton romain est un mélange de chaux et de pierre volcanique qui a la particularité de se renforcer au fil du temps (propriété cruciale pour supporter le poids de milliers de livres).

Après le sol de la salle de stockage de la bibliothèque, c’est celui de la future salle de lecture qui a été coulé. Il est constitué d’une dalle de chaux-chanvre qui permettra d’isoler la bibliothèque de la cave semi-enterrée, tout en laissant respirer les boiseries. La dalle est posée sur un lit de briques creuses d’origine qui renforce l’isolation.

Durant l’été, les murs de la grange ont été remontés grâce à un travail d’équipe. La Menuiserie de Chantoiseau a d’abord créé les montants intérieurs, supports des cloisons en torchis. La SARL Guillard frères a ensuite monté les murs constitués d’un remplissage de chanvrargile et revêtus en intérieur de cloisons en torchis, matériaux fournis par la Briqueterie Dewulf. Stéphane Dumoulin Electricité générale en a profité pour passer les câbles électriques dans les murs à la fabrication. Sur la façade extérieure, deux couches d’un enduit de chaux/sable/lin ont été posées.

La grange revêtue de sa nouvelle peau avec un enduit extérieur de chaux/sable/lin

En novembre, la SARL Guillard frères a procédé à l’isolation de la toiture avec du biofibre, recouvert de fermacell.

État de la grange à la fin de la phase 2021 des travaux :

FOCUS en images : la restauration d’une ancienne grange du Pays de Bray

Mis en avant

2020 a vu le lancement (sur site) des travaux de réhabilitation d’une ancienne grange du Pays de Bray en une bibliothèque des patrimoines : la Bibliothèque Patrick Ansar.

Il s’agit d’une première phase de travaux, le gros œuvre, qui a consisté à la remise en état de la structure charpentée du bâti, suivie de la repose de la couverture de tuiles plates locales.

Ces travaux ont permis de reconstituer l’histoire de cette ancienne grange du XVIIe-XVIIIe siècle, qui sera publiée prochainement sur ce site internet.

Un petit aperçu des travaux vous est présenté sur la vidéo ci-dessous.

Rétrospective en images de six mois de travaux pour réparer la structure d’une ancienne grange du Pays de Bray
Crédit : Association PROFONDHIS – Patrick Ansar – Montage par Marie Ansar-Peineau

Les travaux ont été menés par la SARL Guillard frères (Bailleul-sur-Thérain) et la Menuiserie de Chantoiseau (Beaumont-les-Nonains) sous la maîtrise d’ouvrage de l’association PROFONDHIS – Patrick Ansar.

Les fortifications de Lille – abords de la porte Saint-André

Mis en avant

Ces deux photographies du fonds Charles Ansar ont été prises en août 1925. Dans son inventaire, Charles Ansar les a légendées « Lille – Fortifications près de la porte Saint-André ».

“Lille – Fortifications près de la porte Saint-André” en août 1925
Crédits : Association PROFONDHIS – Patrick Ansar – Photographie de Charles Ansar
“Lille – Fortifications près de la porte Saint-André” en août 1925
Crédits : Association PROFONDHIS – Patrick Ansar – Photographie de Charles Ansar

Le temps du confinement en ce printemps 2020 a été l’occasion de missionner des membres de l’association PROFONDHIS pour situer le lieu de prise de vue de ces deux photographies dans l’actuelle ville de Lille. Comme l’indique la carte, ces photos ont été prises au niveau de l’actuelle avenue Winston Churchill, au nord de Lille. On retrouve le souvenir des remparts dans le nom des rues, dont celle du bastion Saint-André.

Localisation dans la ville actuelle du lieu de prise de vue des photographies de Charles Ansar
Crédit du fond de carte : géoportail

Cette partie nord des fortifications datait du XVIIe siècle. Après la conquête de Lille par l’armée française de Louis XIV, la première préoccupation du roi était la défense de la ville, c’est pourquoi il a ordonné l’édification d’une puissante citadelle. Commencée en décembre 1667, elle est la première grande œuvre de l’ingénieur Vauban. Elle est édifiée à l’écart de la vieille cité et la nouvelle enceinte construite dans son prolongement agrandit considérablement la superficie de la ville dans sa partie septentrionale. Un nouveau quartier voit le jour le long de deux axes longitudinaux qui relient l’ancienne cité au secteur nord des remparts : la rue Royale et la rue Saint-Pierre (actuelle rue Saint-André).La modification du tracé de l’enceinte a entraîné la démolition de la vieille porte Saint-Pierre (qui était à l’intersection des rues Saint-André et du Pont-Neuf) et l’édification, à l’extrémité de la rue Royale, de la porte Saint-André, ouverte à la circulation en 1672. Celle-ci, selon les époques, est désignée par différents noms : la porte Royale, puis porte Saint-André. À la Révolution, elle prend le nom de porte des Céréales en 1793, puis porte Napoléon et enfin porte d’Ypres. Au tournant des XIXe – XXe siècles, elle porte indifféremment les noms Saint-André ou d’Ypres. 

Emplacement des anciennes portes Saint-André et Saint-Pierre et des rues Royale et Saint-André
Crédit du fond de carte : géoportail

Sur les deux photographies de Charles Ansar, la porte Saint-André n’est pas visible car elles ont été prises à environ 500 mètres à l’est de cette entrée de ville. Les fossés en eaux existent toujours alimentés par les eaux de la Deûle. La grande majorité des fortifications a été démantelée entre les deux guerres mondiales. Ainsi ces photographies sont un témoin des dernières heures des remparts. En effet en 1899, le ministre de la guerre Freycinet propose de déclasser les fortifications de Lille dont l’efficacité est remise en cause, notamment suite à l’expansion de la ville hors les murs avec le rattachement des secteurs de Fives et de Saint-Maurice. Ce projet ne fait cependant pas l’unanimité et il faut attendre le 1er août 1914 pour que le déclassement de la place forte soit accepté. Les travaux de démantèlement ne commencent qu’après la Première Guerre mondiale et la porte Saint-André est détruite en avril 1935.

Charles Ansar a choisi un cadrage valorisant trois édifices qui existent toujours. Ils sont d’ailleurs protégés au titre des Monuments historiques :

L’usine élévatoire de Saint-André : Construit en 1876 (date toujours présente sur la façade), cet établissement avait pour fonction de pomper une partie des eaux de la Deûle pour soutenir le débit du canal de Roubaix, construit de 1823 à 1877.

Comparaison entre la photographie de Charles Ansar en 1925 et une vue actuelle de Google Map pour situer l’usine élévatoire de Saint-André

L’hôpital général de Lille : Créé en 1738 sur autorisation de Louis XV, cette institution avait pour mission de rassembler « les pauvres invalides, enfants abandonnés, insensés et généralement tous les pauvres de l’un et l’autre sexe, comme aussi des mendiants ». Au XVIIIe siècle, Lille, comme de nombreuses villes de France, connaît plusieurs crises dont des épidémies (suette, fièvres typhoïdes, dysenteries…) ayant de lourdes conséquences sur la paupérisation de la population. Cette époque est également marquée par une évolution des mentalités et l’opinion publique considère alors que le soin des pauvres relève avant tout des autorités et non du devoir de chaque chrétien. C’est dans ce contexte que les hôpitaux généraux voient le jour à partir du règne de Louis XIV.

L’hôpital de Lille est construit de 1739 à 1780 puis agrandi au XIXe siècle. Ses plans ont été réalisés par l’architecte parisien, membre de l’Académie : Pierre Vigné de Vigny. La construction projetée est considérable : une façade longue de 140 mètres, de vastes bâtiments organisés autour de six cours permettant de répartir chaque catégories d’indigents avec, au centre, une chapelle. 80 ans après la conquête française, cette architecture met en évidence la nouvelle influence du style français dans la ville flamande. Cet édifice classique grandiose se reflétait originellement dans les eaux de la Deûle dont le cours correspond aujourd’hui au tracé du boulevard du Peuple Belge.

Après la Révolution, l’institution garde sa fonction hospitalière avant de se limiter à l’accueil des personnes âgées au début du XXe siècle. Aujourd’hui, l’édifice abrite l’Institut d’administration des entreprises (I.A.E. de Lille).

Comparaison entre la photographie de Charles Ansar en 1925 et une vue actuelle de Google Map pour situer l’ancien hospice de Lille, actuel I.A.E.

Le beffroi de la chambre de commerce : Haut de 76 m, il est véritablement l’emblème de Lille, le symbole de la puissance marchande et industrielle de la ville au début du XXe siècle. Le photographe Charles Ansar l’a volontairement placé au centre du cadrage, perceptive aujourd’hui disparue depuis la construction du palais de justice (par Willerval et Spender de 1958 à 1968).

La nouvelle bourse du commerce, de style régionaliste, a été construite de 1906 à 1913 sur les plans de Louis-Marie Cordonnier. Lauréat des concours internationaux de la Bourse d’Amsterdam en 1884 et du palais de la Paix à La Haye en 1905, cet architecte né à Haubourdin (Nord) s’inspire du patrimoine architectural des régions du Nord qu’il adapte aux nouvelles techniques dont celles du béton armé. Il est également lauréat du concours organisé par la ville de Lille en 1907 pour le nouvel opéra pour lequel il adopte un style néo-classique en totale opposition avec la nouvelle bourse, pourtant implanté en vis-à-vis, dans ce quartier en pleine mutation à l’aube du XXe siècle, nouvelle entrée du cœur de  ville avec l’ouverture en 1909 du grand boulevard qui relie Lille à Roubaix et Tourcoing.


Cet article a été rédigé grâce aux ressources de la Bibliothèque Patrick Ansar :

  • BERNARD Daniel, BOUSSEMART Carole, DREMIÈRE Laurent, GÉRARD Alain, GUIGNET Philippe, MAILLOT Henri, MONNET Catherine, Lille au fil de l’eau, Lille : La Voix du Nord, Société des eaux du Nord, 2001.
  • CANIOT Jean, Les portes de Lille (1621-2004), Bondues, 2004.
  • CANIOT Jean, Les rivières de Lille. La Deûle et le Becquerel, Bondues, 2005.
  • LOTTIN Alain, Lille, d’Isla à Lille-Métropole, Lille : La Voix du Nord, 2003.
  • TRENARD Louis (sous la direction de), Histoire de Lille. De Charles Quint à la conquête française (1500-1715), Toulouse : Édouard Privat éditeur, 1981.
  • TRENARD Louis (sous la direction de), Histoire de Lille. L’ère des révolutions (1715-1851), Toulouse : Éditions Privat, 1991.
  • TRENARD Louis et HILAIRE Yves-Marie (sous la direction de), Histoire de Lille. Du XIXe siècle au seuil du XXIe siècle, Librairie Académique Perrin, 1999.

Nous remercions très chaleureusement Céline et Fred pour avoir amorcé l’identification de ces deux photographies en situant ces anciennes perspectives dans la ville de Lille actuelle.